Actions In the Mediterranean

AIM est une ASBL basée à Bruxelles qui est active dans divers domaines tels que les Droits de l’Homme, le féminisme et de la résolution de conflits interculturels. AIM met en œuvre des initiatives de dialogue, de résolution de conflits et de renforcement des droits humains entre l'Europe et la Méditerranée.

Contact

Email: c.caputo@actinmed.org  

 a.ayari@actinmed.org

Siège social: 23-25, rue du Boulet (boîte 1) 1000 Bruxelles, Belgique

Bureau : Galeries de la Reine, 28 – 1000 Bruxelles

© 2018 by Knock Knock Prod 

  • AIM

IPPMC 6ème édition - Le voyage en Israël-Palestine: rencontre avec la complexité du terrain

Mis à jour : il y a 5 jours

"Israël-Palestine: pour mieux comprendre "- 6ème édition (IP6)


Khalil Abu Aref aux côtés des IP6 et des accompagnant.e.s !



Jour 1 – Arrivée à Tel Aviv – 21 février 2020


Ça y est, le voyage préparé pendant ces derniers mois arrive enfin ! Leur compréhension du conflit et de sa complexité va enfin pouvoir se concrétiser sur place. Nous nous retrouvons à 6h30 à l’aéroport de Zaventem, les morceaux de tissu pour reconnaître les bagages à l’arrivée à Ben Gourion posés sur les valises, les snacks pour l’avion prêts et les dernières modalités du voyage rappelées. Les discussions entre élèves et membres du staff vont bon train malgré la fatigue, l’excitation du départ se fait sentir.


L’avion décolle, direction Tel Aviv. Arrivé.e.s à l’hôtel, nos jeunes déposent leurs bagages dans les chambres avant de se diriger vers le restaurant à Jaffa. Cette première soirée fut riche en émotions. Danse, chant et nourriture étaient au rendez-vous !



Jour 2 – Rencontre communautés bédouines dans le désert du Néguev / Concert de Rana Choir – 22 février 2020


Les élèves ont été réparti.e.s en deux groupes afin de rencontrer des jeunes de deux écoles bédouines. A notre arrivée dans chacune des écoles, un buffet bédouin traditionnel avait été préparé pour le petit déjeuner ! Les IP6 se sont mélangé.e.s aux élèves de l’école locale. Les activités étaient supervisées par deux animateurs de l’association Pathways (https://www.pathwaysnegotiation.org).

En groupes de travail et via plusieurs exercices, les jeunes ont assimilé les bases élémentaires de la négociation et la résolution collective des problèmes.


En fin de matinée, les deux groupes se sont retrouvés à Segev Shalom pour partager un repas au sein d’une famille bédouine. Attablé.e.s dans la cour de la maison, le soleil présent ce jour-là, nous avons pu profiter d’un repas préparé par nos hôtes. Ensuite, nous nous sommes installé.e.s dans une tente bédouine typique afin d’écouter les récits de Naïm et Amal. Naïm a expliqué l’histoire des communauté bédouines jusqu’à notre époque, les difficultés auxquelles ils font face pour préserver leur culture et leurs traditions de peuple nomade, les discriminations dont ils/elles sont victimes de la part de l’État d’Israel (dont ils sont citoyen.ne.s!) qui maintient des différences entre les villages bédouins reconnus et non reconnus (la bataille pour la possession des terres se poursuit !).

Amal nous a expliqué la difficulté d’être une femme au sein d’une communauté bédouine conservatrice. Elle a fondé une association qui réunit des femmes cherchant à s’émanciper par l’indépendance économique et l’accès à l’éducation. Elles ont développé un programme d’artisanat et de tourisme et offrent divers services aux visiteurs dans la région.


L’après-midi nous avons repris la route vers Tel Aviv, plus en particulier vers le quartier Jaffa, pour assister au concert du Rana Choir (https://www.youtube.com/watch?v=dsW1JTCByOs), une chorale qui rassemble des femmes juives, musulmanes et chrétiennes. L’objectif est de chanter ensemble quelle que soit la langue ou encore la religion et d’œuvrer pour une culture de paix et de vivre-ensemble.



Jour 3 – Rencontre avec les lycéens de l’école Ankori à Jaffa / Visite du sud de Tel Aviv – 23 février 2020


Les IP6 ont pu rencontrer les élèves de l’école Ankori (https://ankori.co.il/about/?lang=en) autour de trois activités artistiques organisées par l’école : un atelier de musique, un atelier théâtre et un atelier arts plastiques. Ces ateliers ont permis à nos jeunes de poursuivre le travail artistique qu’ils ont entamé en Belgique en le partageant avec les jeunes Israélien.ne.s. Ensuite, autour de tables de discussion, les IP6 ont échangé avec les élèves de l’école sur plusieurs thématiques concernant leur vie respective mais aussi sur des questions liées à l’histoire du conflit israélo-palestinien. Les réactions de ces jeunes Israélien.ne.s nous ont surpris : ils/elles vivent décidément dans une bulle qui les tient éloigné.e.s de ces problématiques !



Après un passage rapide sur la plage de Tel-Aviv: tour dans les quartiers du Sud de la ville. En partant de l’ancienne gare de bus du quartier Newe Shaanan, ils/elles ont découvert une autre réalité: le lieu était destiné à devenir le nouveau centre commercial tendance, mais a fini par abriter énormément d’activités différentes. On y retrouve une grosse communauté philippine, un centre médical et de garde d'enfant gratuit destinés aux réfugié.e.s n’ayant pas accès aux services publics, une ancienne salle de cinéma, un musée Yiddish et enfin, au niveau inférieur de cette gare, un abri anti-atomique qui date de plusieurs décennies et sert aujourd’hui de local de rangement pour les marchandises des différents magasins du bâtiment… une visite surprenante !


En fin d’après-midi, nous sommes parti.e.s pour Jérusalem et nous avons posé nos valises à la Maison d’Abraham, une auberge créée suivant les principes du Secours Catholique – Caritas- France et qui accueille chaque année pèlerins et visiteurs de toutes origines ainsi que les plus démunis. Elle est située à l’Est de Jérusalem et surplombe la ville avec une vue imprenable !


Nous nous sommes replongé.e.s dans nos ateliers artistiques autour d’une rencontre avec le cartooniste palestinien membre de l’association Cartoonists pour la paix, Khalil Abu Aref. Celui-ci est également écrivain et illustrateur pour des livres pour enfants. Lors d’un échange original et convivial que les jeunes ont beaucoup apprécié, il leur a partagé son histoire personnelle : Khalil a été emprisonné pour ses dessins engagés contre le gouvernement israélien et il s’est aussi confronté à l’Autorité palestinienne et au Hamas. Nos jeunes ont été très ému.e.s par cette rencontre ; ils ont ensuite pris part à un « débriefing » avec Pierre-Yves Rosset, conseiller du Délégué Général aux Droits de l’Enfant et des animateur.trice.s faisant parti.e.s de l’association « Ambassadeurs d’Expression citoyenne » (https://ambassadeurs.org/) qui accompagnent nos IP6 durant l’ensemble de la 6ème édition du projet.



Jour 4 – Rencontre avec les jeunes de l’école Hand in Hand / Visite du Yad Vashem – 24 février 2020



Le lendemain, nos jeunes étaient attendu.e.s pour une rencontre avec les élèves de l’école Hand in Hand (https://handinhandk12.org/school/jerusalem/). L’école est bilingue et destinée aux enfants juifs israéliens et palestiniens de Jérusalem.

Réparti.e.s en 5 groupes différents, les élèves de l’école ainsi que les IP6 ont passé la matinée à imaginer une ville idéale avec comme principe de base, d’ajouter des éléments à celle-ci en prenant en considération les inspirations et culture de chacun.e des participant.e.s. Les jeunes ont fait preuve de beaucoup de créativité et quelques villes imaginaires avaient pour point fort une originalité sans pareille ! A la suite de cette activité, des discussions ont été organisées entre jeunes afin qu’ils/elles puissent comprendre l’état d’esprit dans lequel chacun.e se trouvait, la position de chacun.e vis à vis du conflit ou encore comment les élèves de l’école vivaient ce mélange culturel exceptionnel.


L’après-midi a été consacrée à la visite du Musée de la Shoah, le Yad Vashem (https://www.yadvashem.org). Yoni, notre guide pour cette visite, nous a replongé.e.s dans cette tragédie de l’humanité. Cette confrontation a suscité des interrogations et des discussions particulièrement riches avec nos IP6.



Jour 5 – Visite de Jérusalem / Rencontre avec Tal de l’organisation Breaking The Silence – 25 février 2020


Un temps pluvieux s’annonçait pour cette matinée de visite de la Vieille Ville de Jerusalem. Armé.e.s de nos parapluies et de nos parkas, nous avons donc rejoint Tal, notre guide, à la Porte des Immondices, une des entrées de la Vieille Ville. Le tour a démarré par la magnifique Esplanade des Mosquées. Nous nous sommes ensuite dirigé.e.s vers l’intérieur de la Vieille Ville, thés à la menthe en main. Après avoir traversé le souk nous voilà arrivé.e.s au Mur des Lamentations. Là encore l’atmosphère et l’architecture étaient impressionnantes. Pour la dernière partie de la visite nous avons visité le Saint-Sépulcre, un lieu étonnant et splendide, regroupant 6 courants du christianisme.



De retour à l’auberge, nous avons rencontré Tal de Breaking the Silence (https://www.breakingthesilence.org.il/about/organization). Elle nous a présenté l’organisation et sa propre histoire. BTS réunit des ancien.ne.s combattant.e.s ayant servi dans l’armée israélienne, qui exposent au public israélien et international les réalités de la vie de soldats qui servent dans les Territoires occupés. Un récit intense et fort pour nos jeunes!



Jour 6 – Rencontre avec les élèves de l’école Druze de Beit Jann / Kibbutz Moran – 26 février 2020


Lors de cette journée, notre groupe a rencontré les élèves d’une école Druze à Beit Jann. Après la présentation de bienvenue et une séance questions/réponses concernant la communauté druze, leur religion et leur quotidien, nous avons partagé un repas préparé par les élèves de l’école et mieux fait connaissance.


Ensuite, direction le kibboutz Moran en passant par le lac de Tibériade. Le kibboutz est une forme de village collectiviste créé au début du XXe siècle par des juifs russes adhérant au mouvement sioniste socialiste. Les premiers kibboutz ont été fondés en Palestine mandataire dès 1910 ; ils ont par la suite essaimé dans l'État d'Israël. Ces villages ont pris un virage libéral autour des années 1990 et ont renoncé au rôle révolutionnaire qui était le leur à l'origine.


Jour 7 – Théâtre des Libertés de Jénine / Rencontre avec un activiste du groupe Active Stills – 27 février 2020


Le lendemain, nous avons pris la route pour Jénine afin de rencontrer les animateurs du Théâtre des Libertés situé au cœur du camp de réfugiés (https://www.thefreedomtheatre.org). Fayçal, un des animateurs du théâtre, a dans un premier temps présenté le contexte dans lequel se trouve la ville de Jénine, les évènements dramatiques qui s’y sont déroulés durant la deuxième Intifada et une explication fort inspirante de l’approche résiliente du théâtre. Selon les membres du Théâtre des Libertés, « la 3ème Intifada sera une Intifada culturelle », voilà des mots qui ont marqué les esprits de nos jeunes. Ils/elles ont aussi participé à un workshop théâtral bien rythmé !


En fin d'après-midi direction Bethléem, où Ahmad, militant du collectif Active Stills (https://www.activestills.org), nous attendait afin de nous présenter le projet de l’association. Cette dernière réunit des photographes palestiniens, israéliens et internationaux qui couvrent les évènements liés au conflit en Palestine et en Israël avec une approche politiquement engagée.



Jour 8 – Rencontre avec les jeunes des écoles de Beit Sahour / visite de Bethléem / Rencontre Islam et Nathalie au Camp Aida – 28 février 2020




Journée dansante, sportive et d’échanges avec des élèves de 4 écoles de Beit Sahour (ville essentiellement chrétienne accolée à Bethléem), suivie d’un spectacle de danses traditionnelles palestiniennes, la Dabka. Tous/toutes nos élèves s’y sont joint.e.s.

Un tour libre de la ville de Bethléem était organisé pour visiter l’église de la Nativité ou les graffitis de Banksy sur le Mur de Séparation.



Nous avons ensuite pris la route vers le Camp Aida pour y retrouver Nathalie Stanus, collaboratrice du Commissaire général de UNRWA. Il s'agit de l’agence des Nations Unies responsable des réfugiés de Palestine depuis près de 4 générations pour répondre aux conséquences du conflit. Nous avons passé la soirée avec Islam Abou Odeh de l’association Noor (https://noorweg.wordpress.com/aida-camp/), mise sur pied par des femmes des camps de réfugiés de Aida et al-Azzeh pour des enfants en situation de handicap.



Jour 9 – Dernier jour du voyage / Mer Morte / Rencontre avec Parents Circle – 29 février 2020


Pour le dernier jour de ce voyage nous avons visité la forteresse de Massada, symbole de la résistance juive de 66 après JC contre les Romains. Les rebelles juifs ont réussi à prendre Massada aux mains des romains qui y stationnaient, afin d’y créer un refuge, notamment pour ceux et celles qui étaient expulsé.e.s de Jérusalem par les envahisseurs. Nous avons également réfléchi sur l’instrumentalisation de ce lieu historique par la doxa israélienne. Après la montée sportive de la forteresse, un bain de boue et deux brasses dans l’eau (très) salée de la Mer Morte s’imposaient. Les élèves et tout le staff ont pu se détendre au soleil avant de reprendre la route vers Jérusalem.



Pour terminer cette journée, nous avons rencontré Igal Elhanan et Araab Aramin de l’association Parent Circle - Families Forum qui rassemble plus de 600 familles israéliennes et palestinienne ayant perdu des proches et qui se battent pour une réconciliation et une fin de l’occupation des territoires palestiniens. La sœur d’Igal, Smadar, a perdu la vie dans un attentat suicide à Jérusalem et celle d’Araab, Abir, a été tuée par un soldat à la sortie de son école. Ce fut un moment d’émotion très intense pour toutes et tous.

Notre soirée de clôture a été organisée au Holyland de Jérusalem avec une vue incroyable sur la Vieille Ville. Les jeunes ainsi que toute l’équipe s’en sont donné à cœur joie ; ils/elles ont dansé, chanté, (et rappé !) jusqu’au bout de la nuit ! Des derniers moments qui ne seront pas oubliés !


Ce voyage fut extraordinaire tant par les rencontres, que par les découvertes et les émotions qu’il a pu réveiller en chacun de nous. Tout au long, les élèves ont pu comprendre le conflit, l’approfondir et l’appréhender dans toutes ses complexités. Cette démarche leur permettra d’expliquer au mieux leurs expériences lors de futures présentations et débats dans les écoles et/ou associations quand ils/elles seront devenu.es des « Ambassadeur.drice.s de Nuance » !