Actions In the Mediterranean

AIM est une ASBL basée à Bruxelles qui est active dans divers domaines tels que les Droits de l’Homme, le féminisme et de la résolution de conflits interculturels. AIM met en œuvre des initiatives de dialogue, de résolution de conflits et de renforcement des droits humains entre l'Europe et la Méditerranée.

Contact

Email: c.caputo@actinmed.org  

 a.ayari@actinmed.org

Siège social: 23-25, rue du Boulet (boîte 1) 1000 Bruxelles, Belgique

Bureau : Galeries de la Reine, 28 – 1000 Bruxelles

© 2018 by Knock Knock Prod 

  • AIM

Weekend de formation IP5

Du vendredi 15 mars au dimanche 17 mars 2019, les 45 élèves et les 7 professeurs participant à la 5e édition du projet « Israël-Palestine : pour mieux comprendre » se sont réunis au Relais Verlaine pour un dernier weekend de formation axé sur les bases géographiques et historiques du conflit, les théories du complot, la pratique de la joute verbale et les ateliers son/image/vidéo/cartographie.



C'est avec un grain d’impatience et une plage d’enthousiasme que le groupe s'est retrouvé dans la campagne belge pour son troisième et dernier weekend de formation avant le départ en Palestine et en Israël… Ayant à peine embarqué dans le bus, les élèves inscrits à l'atelier de cartographie ont déjà été sollicités pour mettre en exergue leurs talents artistiques : avec des marqueurs et leur voix, en utilisant les vitres du bus comme support, ils ont conté des pans de leur vie. Cela a servi d’exercice de préparation pour le voyage, pendant lequel, rappelons-le, ces élèves décriront les visites et évènements en dessinant des cartes. “L’art est partout, et partout c’est l’art” a un jour déclamé Brandon Boyd… Que peut-on répondre à cela, si ce n’est qu’il a raison ?


Le samedi, la journée a été riche en découvertes et en apprentissage (comme toujours) ! D’un côté, Hassan Ahmaidouch, accompagné d’Amine Tahiri et d’Aslam El Aoumari, a fourni aux élèves plusieurs dossiers pédagogiques reprenant des informations sur le contexte historique et géographique du conflit. Ensemble, ils ont décortiqué plusieurs évènements et phénomènes comme les accords d’Oslo, les réfugiés palestiniens, le sionisme, Gaza, ou les relations d’Israël avec ses pays voisins… Entre lecture de documents, créations de panneaux, mise en scènes théâtrales de personnages historiques, recherches et dessins de cartes, les élèves se sont documentés en petits groupes avant de présenter le résultat de leurs découvertes au reste du groupe. Les élèves sont donc dès à présent outillés pour comprendre le contexte et la réalité du terrain dans lequel ils vont être plongés pendant 10 jours !


De l’autre côté, Edgar Szoc a dispensé une formation sur les médias et les théories de complots, en fournissant des clés et un cadre d’analyse permettant à chacun de se construire sa propre opinion face aux informations qu’il reçoit.


Quelles théories de complot connaissons-nous ? Comment se forment-elles ? A qui pourraient-elles servir ? Les chats sont-ils des extraterrestres venus sur Terre pour nous gouverner ? Ou, plus gravement, existe-t-il une élite politique, intellectuelle et médiatique européenne qui soutient le “Grand Remplacement ? Ou encore, que les juifs cherchent à tout prix à dominer le monde ?


Les élèves ont également poursuivi les ateliers photo, son, cartographie et vidéo auprès de Myriam Raccah et Aïda Merghoub. Au soir, les élèves ont visionné le documentaire "Palestine, Histoire d'une terre" de Simone Bitton (2008), essentiel pour contextualiser le conflit israélo-palestinien. La projection s'est suivie d'un quizz.


Le dimanche, l’accent a été porté sur la discussion et les débats. Les élèves qui n’avaient pas encore eu l’occasion de jouter au Musée Juif de Belgique en janvier ont pû faire travailler leurs méninges et leurs cordes vocales pour trouver l’argument et l’intonation convaincants ! Entre scènes théâtrales ou élocution timide, répliques éclairées ou embrouillées, rires et sarcasmes, c’est sur les interrogations « faut-il défendre sa nation ? » et « faut-il boycotter les produits israéliens ? » que les élèves ont performé devant le reste du groupe.


Chacun a par ailleurs pu se confronter à soi-même et à sa morale en écoutant et répondant aux questions éthiques lancées lors d’un café philo, en écrivant un quatrain sur sa personne ou en s’écrivant une carte postale. “Je n’ai pas l’habitude de me raconter ce qui m’arrive” écrivait Sartre dans La nausée. Et en effet, quelle bizarrerie que de se raconter ce qu’on est, ce qu’on vit. Et pourtant, quelle belle expérience ! Qu’est-ce que les “nous” de septembre penseront quand ils liront ces quelques lignes laissées par les “nous” d’aujourd’hui ? Ces “nous” impatients de partir en voyage, avides de rencontres, enrichis de découvertes, prêts pour une grande aventure humaine qui a déjà commencé…


Prochaine étape ? Le capharnaüm infernal des bagages et du départ et puis... Israël et la Palestine !


Lien vers le site des Ambassadeurs d'Expression Citoyenne :https://ambassadeurs.org

Lien vers les photos du weekend : https://www.flickr.com/photos/144504658@N07/albums/72157679471050138